Les indispensables du bikepacking

Tu as un gravel et tu roules déjà un peu , mais tu aimerais passer à la vitesse supérieure : partir à l’aventure sur plusieurs jours et rouler jusqu’à la tombée de la nuit pour mieux recommencer le lendemain dès les premiers rayons du soleil. Mais par où commencer ? Car lorsqu’on commence à s’intéresser au bikepacking, il est facile de se laisser submerger par l’avalanche de matos et de conseils glanés ici et là sur Internet. Alors suis le guide, on te donne toutes les clés pour t'équiper sans stress !

Les sacoches

Il s’agit probablement de l’élément le plus distinctif d’un vélo équipé pour le bikepacking. Elles sont de toutes les tailles, de toutes les formes et de toutes les couleurs, ce sont bien sûr les sacoches. Tu es perdu.e ? On te fait un petit topo.


À l’avant du vélo

  • La sacoche de guidon : généralement assez volumineuse, elle ne doit cependant pas être trop chargée pour que tu puisses garder un contrôle total sur ton bolide.
  • Les food pouch : elles accueillent volontiers tous les petits objets que tu souhaites garder à portée de main pendant ton périple.
  • Les sacoches de fourche : se fixent de part et d’autre de ta roue avant.
  • Les sacoches sur le porte-bagage : c’est l’option la plus spacieuse, mais aussi la plus volumineuse et la plus lourde. À réserver aux périples au long cours et lors desquels tu as besoin d’emporter beaucoup de choses avec toi.

Au milieu du vélo

  • Les sacoches de cadre : il en existe de différentes tailles selon tes besoins (fullframe ou non). Elles peuvent être équipées de poches latérales facilement accessibles pour les petits objets dont tu as besoin rapidement.
  • Les porte-bidons : se fixent sur le cadre si ta sacoche de cadre le permet. Les bidons peuvent également se fixer sur la fourche ou se glisser dans les food pouch.

À l’arrière du vélo

  • La sacoche de selle : compressible, elle accueille les objets volumineux dont tu n’as pas besoin pendant la journée (par ex. ton matelas)
  • Les sacoches sur le porte-bagage : même topo qu’à l’avant !


Le côté pratique du vélo, c’est que tu as de la place pour attacher des trucs un peu partout. Un sac étanche, une paire de straps et le tour est joué !

Le matériel de bivouac

Pour le dodo, il y a généralement deux écoles : la tente ou le bivvy. Si la première option t’offrira le maximum de confort et de sécurité, la seconde possède l’avantage d’être plus compacte et plus légère. Tu auras également besoin d’un sac de couchage, d’un matelas, d’un drap de soie et d’un oreiller.

Si tu veux plus de détails, on a justement rédigé un guide du bivouac en bikepacking qui te permettra de tout savoir sur le sujet !


Les vêtements

En bikepacking, le choix des vêtements dépend forcément de la météo qui va t’accompagner lors de ton aventure. Il existe cependant quelques indispensables qu’il vaut mieux avoir tout le temps avec toi :

  • Une paire de gants (pour les temps froids, les gants d’alpinisme sont un must !)
  • Une première couche (ou baselayer) à manches longues ou courtes selon la météo (la laine mérinos est ta meilleure alliée : elle ne retient pas les odeurs et reste chaude, même mouillée)
  • Une protection chaude contre le froid
  • Une veste imperméable équipée d’une capuche



La sécurité

On commence par le plus évident, mais aussi le plus indispensable :


  • Le casque protègera ta tête des traumatismes en cas de chute. Pense à choisir un modèle équipé de suffisamment d’aérations pour les temps chauds.
  • Les lumières de vélo remplissent deux fonctions : voir et être vu.e. Situées à l’avant et à l’arrière, elles doivent bénéficier d’une autonomie suffisante pour t’accompagner pendant toute ton aventure. Attention, les lumières avec fonction clignotante seulement sont insuffisantes !
  • Les vêtements équipés de rubans réfléchissants ou le gilet réfléchissant t’assurent de rester visible des automobilistes. Des réflecteurs peuvent également venir compléter tout ça en se fixant à l’arrière du vélo.

La mécanique

L’objectif n’est pas d’ouvrir un atelier de réparation mais c’est d’être un minimum autonome en cas de problème. Petit tour d’horizon de la caisse à outils idéale :

  • Une pompe à vélo compacte
  • Un kit de réparation pour chambre à air : rustine, colle et démonte-pneu
  • Une chambre à air de rechange
  • Un outil multifonction (“multitool”) ou couteau suisse

En gravel, on conseille aussi :

  • Un dérive-chaîne
  • Un maillon de rechange ou un maillon rapide
  • Une patte de dérailleur de rechange
  • De l’huile pour ta chaîne

La nourriture

Ton nécessaire de cuisine dépendra de la région traversée et de l’accessibilité des zones de ravito. Mais en général, tu dois pouvoir compter sur :

  • Un réchaud
  • Une popote
  • Des couverts

Des gourdes/une réserve d’eau suffisante


Hygiène et soins

  • Un kit de premiers secours
  • De la crème solaire
  • Un répulsif contre les moustiques et les tiques
  • De la crème anti-échauffement

De la crème anti-inflammatoire

Divers

On termine avec quelques accessoires indispensables pour un séjour au top :

  • Un téléphone portable avec un cordon de rechange
  • Une batterie externe
  • Un système de navigation (GPS) pour suivre le parcours
  • Une pièce d’identité (carte d’identité ou passeport)
  • Une carte bleue et 40 € en cash pour faire face à toute éventualité
  • Une lampe frontale

Te voilà maintenant paré.e pour ta première aventure en bikepacking. Mais tu t’en rendras vite compte, c’est une pratique qui pourra te demander pas mal d’expérimentations, d’erreurs et d’adaptations. Commence par observer les autres, en gardant bien en tête que ce qui fonctionne pour eux ne constituera pas forcément la solution idéale pour toi. À force de tests, on n’a aucun doute sur le fait que tu sauras vite trouver le set-up idéal !.