"Et ça , c'est gravel ou c'est pas gravel?"

Le gravel


Ces dernières années ont vu fleurir l’utilisation du mot Gravel . Ce mot définit un type de vélo , mais aussi un type de pratique , et c’est sur cette dernière que les choses se compliquent . Tout le monde définit sa pratique du gravel à sa façon . Ce qui rend compliqué de s’engager sur une trace gravel ou un événement gravel et de savoir à quoi s’attendre ! 


Le vélo gravel est un vélo performant , aussi bien sur route que sur chemins plus ou moins accidentés  


La pratique du gravel :  roulant ou pas roulant ? 100% sentiers ? Sacoches ou sans sacoches ? Compétitif ou non? à la journée ou en itinérance?

Le bikepacking

La définition de la pratique du gravel est multiple. C’est pour cela que nous avons choisi de parler de bikepacking pour parler de nos aventure plutôt que de gravel .


Mais alors c’est quoi pour nous le bikepacking?

Le bikepacking c’est se reconnecter à la Nature, voyager en iténérance , subir la ville disons-le , réveiller ses émotions, gérer l'imprévu , faire des rencontres inoubliables , s'amuser.


C'est la liberté , la vie nomade à l’état pur.

Se reconnecter à la Nature

Un brin d’herbe, les chevaux , un ruisseau . L'appel de la forêt , les sens aux aguets, notre instinct sauvage enfoui libéré , et la nuit pour se reconnecter à son intuition . Vivre le lever du jour et les saisons, comprendre physiquement que le monde est vivant. Que nous en faisons partie.

Voyager en itinérance

Prendre le chemin de traverse , partir de chez soi mais ne pas prendre la route habituelle , faire le pas de côté et rouler jusqu'au bout du monde. Le bikepacking pour sortir du monde qui va trop vite, s’échapper. Réaliser que le monde est un maillage, où tout est lié par la terre et le mouvement. Chercher un topographie fantasmée, dessinée par les sentiers , les châteaux perdus , les rencontres et les émotions.

 

Subir la ville

A contrario le bikepacking , grace à la prise de distance physique qu'il permet, nous permet de prendre conscience de ce qu'on a fait du monde et ce que l'urbanisation à outrance a fait de nous.


Le bikepacking c'est la promesse de sortir de la ville, trouver le silence et la sécurité loin des voitures et de ce monde qui impose sa violence par la vitesse.

Mais bien souvent il est difficile d'éviter la laideur d'architecture et d'artificialisation des zones d'activités,  les axes routiers monstrueux qui sont autant de murs , des cols de montagne avec des bouchons où se reproduit une approche consumériste de la nature .


Réveiller ses émotions

Dans l’effort et loin du monde, il n'y a plus de sens du jugement, ou de la bienséance, on fait tomber ses protections, on révèle sa vulnérabilité, on redécouvre ses émotions. C'est assez explosif et tellement jouissif.

Gérer l' imprévu

En bikepacking le luxe c'est de ne rien prévoir. On dors là où le chemin nous mène, au grès des rencontres et des opportunités.

On ne prévoir rien parce que rien n'arrive jamais comme prévu , c'est ce qui en fait des expériences uniques. Quelqu'un qui prendra le même chemin que toi , ne vivra pas la même chose que toi.

Face aux aléas on réveille sa créativité , on découvre qu’il y’a toujours une solution pour qui sait regarder et s’ouvrir aux opportunités et aux autres.

Faire des rencontres inoubliables

Le bikepacking permet de faire des rencontres inoubliables.

La route et l'aventure rassemble et crée des liens impalpables, immédiats et forts. Rouler ensemble sur un bout de chemin ,  prêter main forte face à un pépin mécanique , partager un repas ou un bivouac, sont des expériences qui vous lieront à jamais.

S'amuser , beaucoup

Le bikepacking ne se prend pas au sérieux, le bikepacking est léger , est rapide , pour jouer avec le terrain , jouer avec les copains, galérer , en rire.

Le bikepacking c'est la voyage léger , dans tous les sens du terme!

Ca te parle cette définition du gravel et du bikepacking? Tu veux nous faire part d'autres éléments? Ecris-nous !