Dormir dehors : guide du bivouac en bikepacking

Synonyme de liberté et d’autonomie, le bivouac est la promesse que l’aventure ne s’arrête pas une fois que l’on descend du vélo. Quoi de mieux qu’une nuit en plein air ou qu’un réveil au son du chant des oiseaux, le visage baigné par les premiers rayons du soleil ?


Tentant ? Forcément. Intimidant ? Peut-être ! C’est vrai, le bivouac en bikepacking peut vite relever du casse-tête pour les néophytes ayant des envies d’aventure. Alors si toi aussi tu te sens démuni.es face à l’avalanche d’infos sur le matos à emporter avec toi lors de ton prochain périple, pas de panique ! Bivouak te donne ses meilleurs conseils pour une première expérience de bivouac réussie et des nuits aussi épiques que paisibles.

Le bivouac, mais qu'est ce que c'est ?

Un bivouac, c’est un campement temporaire et rudimentaire que l’on installe pour passer la nuit après une longue journée à vélo. Mais si elle en fait rêver certain.es, sa pratique implique de faire certains compromis, pour la simple et bonne raison que tu vas devoir porter sur ton vélo tout ton nécessaire pour dormir.


Bivouaquer, c’est réussir à trouver le parfait équilibre entre légèreté et confort. Trouver ce qui fonctionne pour toi, et pas forcément pour les autres : parce qu’on n’a pas tous et toutes la même tolérance à l’inconfort, ni le même besoin de sécurité !


Le choix du matériel va dépendre de plusieurs facteurs : le poids que tu es prêt.es à transporter sur ton vélo, le niveau de confort/inconfort (c’est selon) que tu es disposé.e à tolérer, et bien sûr la météo ! L’idéal étant de partir avec le minimum, à condition de bien le choisir… et  de savoir trouver l’endroit parfait pour une bonne nuit de sommeil.

Trouver l’endroit idéal pour bivouaquer

Tu es sur la route depuis tôt le matin et tu ne penses plus qu’à une chose : t’arrêter. Mais avant de dérouler ton bivy ou de planter ta tente, encore faut-il trouver l’endroit parfait pour ça. Le mieux étant de ne pas attendre que la nuit tombe afin de pouvoir t’installer sereinement.


Choisir un endroit où dormir est surtout une affaire de bon sens. On évite par exemple de s’installer directement sous les arbres s’il souffle fort ou que l’orage n’est pas loin. Le spot idéal est plat et dégagé, pour éviter tout problème de crevaison de ton maletas !


Enfin, il est toujours recommandé (lorsque c’est possible) de garder en tête une solution de repli. Parce que tu n’es jamais à l’abri d’une météo chaotique ou d’aléas aussi divers que variés.

Le matériel de bivouac

C’est sûrement pour ça que tu es là : le matos ! Lorsque l’on dort en pleine nature, on a plusieurs ennemis. Le froid, l’humidité et éventuellement les insectes sont autant de choses dont tu as envie de t’éloigner. Faisons le tour de toutes les options et combinaisons qui s’offrent à toi pour que tu puisses te sentir (presque) comme chez toi, mais dehors.

La base : le duvet

Accessoire indispensable du bivouac, le duvet doit être choisi selon l’époque de l’année à laquelle tu prévoies ta sortie. Parce qu’on ne dort pas dans le même duvet par une nuit d’été que sous des températures à la limite du négatif. Pour bien choisir ton duvet, fie-toi aux indications des fabricants qui te donnent la fourchette de températures idéale pour utiliser ton duvet.


Pour plus de chaleur et/ou de confort, il est possible d’y ajouter une doublure qui vient se glisser à l’intérieur. En soie ou en polaire, le « drap de sac » va te permettre de grappiller quelques précieux degrés s’il fait froid, mais aussi d’éviter de salir l’intérieur de ton duvet et ainsi d’avoir à le laver trop souvent.


Pour les plus téméraires et si la météo le permet, le duvet peut même être utilisé seul pour un bivouac au top du minimalisme. Pour les autres, le matelas est là !

Le matelas

De toutes les tailles et de toutes les couleurs, le matelas est important car il va t’apporter deux choses primordiales en bivouac : du confort et de l’isolation.


Pour l’isolation, penses bien à vérifier la R-Value indiquée par le fabricant et qui va te permettre d’acheter le matelas adapté à la bonne utilisation. Plus elle est élevée, mieux tu seras isolé.e du froid. Si une R-Value inférieure à 2 est tout à fait acceptable pour bivouaquer en plein été, elle devra dépasser 4 pour l’hiver et les températures basses.


Pour le bikepacking, il existe deux types de matelas : le matelas auto-gonflant et le matelas gonflable. Si le premier est plus résistant mais aussi plus volumineux, le second a le mérite d’être particulièrement compact… mais un poil fragile s’il est manié sans trop de précautions. Pense à te munir d’un kit de réparation pour combler un éventuel trou si tu ne veux pas terminer ton aventure en dormant à même le sol.


Et pour le gonflage, pas forcément besoin de t'époumoner après une journée déjà chargée en émotion puisque certains matelas intègrent un sac de gonflage facile d’utilisation. Ça t’évitera également de transformer ton matelas en champignonnière à cause de la condensation qui s’accumule à l’intérieur !

Le bivy

Aussi appelé « sursac », le bivy est l'alternative minimaliste à la tente. Léger, compact et facile à installer, il te permet d’y glisser un duvet et même un matelas qui sera alors protégé du sol pour empêcher une éventuelle crevaison.


Certains modèles un poil plus techniques intègrent même des arceaux et une moustiquaire pour être totalement isolé.e du dehors ! Et en bonus, le bivy peut même être utilisé seul lorsque la météo s’y prête.

La couverture de survie

Solution tout aussi pratique quoiqu’un poil plus minimaliste, la couverture de survie est un accessoire de prédilection à toujours avoir dans ses sacoches. Elle peut, au choix, remplacer le tarp pour se protéger de la pluie, ajouter une couche isolante et imperméable au-dessus d’un duvet, se placer sous un bivy pour le protéger de l’humidité, ou même sous une tente pour plus d’isolation et de protection. Très fragile, on lui préféra toutefois sa version réutilisable.

Le tarp

Le tarp est une bâche imperméable qui t’offrira une protection bienvenue contre la pluie. Pour cela, rien de plus simple : il suffit de le tendre au-dessus de ton couchage à l’aide de cordes et de ses œillets intégrés pour te confectionner un toit.

Le hamac

Économique, léger et compact, c’est bien le hamac ! C’est une solution dodo qui va fortement conditionner la recherche d’un spot de bivouac, car le hamac a besoin de deux solides points d’attache pour être utilisé. À combiner avec un tarp pour se protéger de la pluie, et d’une couverture de survie/d’un matelas pour isoler du froid.

La tente

La tente est probablement la solution qui va t’offrir le maximum de protection contre les éléments ainsi qu’un sentiment de sécurité incomparable. Le revers de la médaille, c’est que la tente est aussi l’option la plus volumineuse (même si les tentes de bivouac sont généralement légères et ultra compactes).

Les bonus pour faire de ton bivouac une expérience 4 étoiles

4 étoiles, peut-être pas, mais tu as compris l’idée ! On te liste ici quelques accessoires en plus à prévoir pour plus de confort et de sérénité :


  • L’oreiller gonflable n’est pas obligatoire, mais il est quand même très chouette pour rehausser ton niveau de confort.
  • Un bandeau pour les yeux pour t’éviter d’être réveillé.e par les premières lueurs du jour.
  • Des boules quiès pour dormir sur tes deux oreilles si tu as le sommeil léger.


Une fois équipé.e, il y a un dernier détail dont on aimerait te parler tant il nous paraît primordial. Ton spot de bivouac ne doit garder aucune trace de ton passage, hormis la trace de tes pneus ! Les espaces naturels traversés sont souvent fragiles, et il en va de la responsabilité de chacun.e de contribuer à leur préservation.

 

Tu as maintenant un bon aperçu des options qui s’offrent à toi pour un bivouac au top du confort. Alors évidemment, tout cela a un coût. Mais privilégier des accessoires de qualité et donc plus chers t’apporteront la garantie de belles années de bivouac en toute sérénité.


Et pour les petits budgets, des solutions existent ! De plus en plus de monde a recours à la seconde main et à des sites comme Campsider, Barooders ou Everide pour dégoter du matériel de bivouac parfois à la limite du neuf.


Enfin, la location est le meilleur moyen de s’initier au bivouac sans craquer le portefeuille avant d’investir à plus long terme. On en profite pour saluer le travail de notre partenaire Lokki qui démocratise les loisirs durables en recensant plus de 3000 loueurs de matériel dans toute la France, notamment de vélos !